3 jours à Ilhabela : Plages, moustiques et belles rencontres

Le
Date du séjour : Du 19 au 21 septembre 2017

Après la géante São Paulo, c’est reparti pour un peu de détente et de plage, à Ilhabela. Ce cadre sauvage et naturel ne nous laissera pas de marbre. Mais c’est surtout pour ses belles rencontres que notre visite d’Ilhabela restera gravée dans nos mémoires …

Arrivés l’après-midi à la charmante « Casa dos Oliveiras », une auberge familiale situé à moins de 2km du débarcadère, nous en profitons pour prendre nos marques et pour faire la connaissance de nos hôtes. Mayra, la fille, parle français. Son père et sa mère s’occupent avec elle de la gestion de leur maison, transformée en auberge pour accueillir les voyageurs à petits budgets.

Le lendemain, au petit-déjeuner, nous sympathisons avec trois brésiliennes qui partagent notre chambre : Juliana, Marina et Thamires. Elles sont venues en voiture à Ilhabela, et nous proposent de se joindre à elles pour se rendre à la plage de Bonete. Nous n’hésitons pas une seconde et profitons de cette occasion en or pour passer une journée avec de jolies brésiliennes et découvrir une plage de l’île, difficile d’accès en transports en commun.

La plage de Bonete

C’est donc bien accompagnés (Cédric est aux anges !) que nous partons en direction de la plage de Bonete. Après avoir garé la voiture, nous empruntons un sentier pédestre pour rejoindre la plage. Il faut marcher environ 3 heures et demies pour l’atteindre. Malheureusement, le ciel est couvert.

La plage de Bonete

Les Avencurieux à la plage de Bonete

Arrivés sur la plage, nous faisons une nouvelle rencontre, cette fois-ci beaucoup moins agréable : les borrachudos, les « vampires » de l’île ! Rassurez-vous, il s’agit de moustiques, mais ceux-ci sont particulièrement agressifs. A peine arrivés, nous nous faisons littéralement dévorer par ces minuscules moustiques qui attaquent en groupe : en 5 minutes, Cédric est couvert de dizaines de piqûres. Le répulsif « Insect Ecran, spécial tropiques » ne leur fait pas peur, ils attaquent comme si de rien n’était. Le sang coule à chaque piqûre, c’est un carnage.

Piqûres de Borrachudos

Les jambes de Cédric après l’attaque des borrachudos

L’océan n’est pas très amical non plus : ses grosses vagues sont chargées de méduses. Entre les méduses et les moustiques, notre cœur balance … Nous finissons sur la plage, et profitons d’un déjeuner frugal.

Nos amies brésiliennes s’en vont négocier le retour en bateau auprès d’un pêcheur. Pour 220 reals pour 5, nous vivons un retour épique en barque. Simplement installés dans le bateau, sans gilet de sauvetage (bah oui, pourquoi faire ?), nous partons à toute berzingue dans l’océan.

Retour en barque de la plage de Bonete

Retour épique en barque avec Juliana, Thamires et Mariana

La barque vole entre les vagues, et nous n’avons que nos bras pour nous retenir au bateau, c’est l’aventure ! Après 20 minutes de trajet mouvementé, nous arrivons. Le bateau file droit vers les rochers, à pleine vitesse, et tourne au dernier moment : notre capitaine nous a sacrément effrayés !

Retour à la voiture, puis à l’auberge. Nous passons une super soirée, à discuter avec le père de Mayra et les autres visiteurs. Le père de Mayra met la musique tellement fort qu’il se fait taper sur les doigts par sa propre fille 😉

La plage de Jabaquara

Nouvelle journée, nouvelle plage ! Aujourd’hui, c’est en bus que nous nous rendons vers la plage de Jabaquara. Le bus s’arrêtant à 8 km de la plage, c’est à pied que nous parcourons les derniers kilomètres. En chemin, un iguane se promène tranquillement dans un jardin. C’est récompensés de nos efforts que nous atteignons la plage : un grand soleil rend le spectacle grandiose.

La jolie plage de Jabaquara

La jolie plage de Jabaquara

Les vagues sont douces, l’eau est translucide, les grains de sable brillent comme des paillettes.
En fin d’après-midi, alors que la chaleur baisse, nous nous faisons chasser par les borrachudos. Nous prenons le chemin du retour et désespérons déjà des 8km de marche jusqu’au bus, mais nous sommes chanceux : une voiture s’arrête et nous laisse grimper à bord. Nous sortons à Villa et visitons le centre-ville.

Un magnifique coucher de soleil s’offre à nous alors que nous sirotons une bonne caïprinha au maracuja.

Caiprinha au maracuja

Une petite caïpirinha bien méritée

Au retour à la « Casa dos Oliveiras », nous fêtons l’anniversaire  de Jacqueline, une brésilienne de la région de Campo Grande, avec une nouvelle caïpirinha !

C’est le cœur lourd que nous partons en direction de Curitiba le lendemain. Nous avions trouvé à Ilhabela un vrai petit cocon familial où nous nous sentions vraiment bien. En voyage, on fait parfois de belles rencontres mais il est toujours difficile de se dire qu’on ne se reverra peut être plus jamais …

Les autres choses à voir à Ilhabela

Entre plages et cascades, l’île regorge d’endroits pour se rafraîchir en profitant de la douceur de vivre brésilienne. 85% de l’île est classée réserve biosphère de l’UNESCO, c’est donc l’endroit idéal pour les amoureux de la nature et de paysages sauvages. Voici quelques idées :

La cascade de Toca

Cette cascade offre une chute d’eau d’environ 3 mètres et un toboggan naturel. De quoi allier fraîcheur et fun. Par contre, l’entrée sur le site coûte 20 reals. On n’a pas testé mais on veut bien avoir votre retour si vous avez pu y aller. Plus d’infos sur le site d’Ilhabela.

La plage de la faim (Praia da Fome)

Située au nord de l’île, cette jolie plage aux eaux limpides est un spot réputé pour la plongée. On y accède via un sentier pédestre depuis la plage de Jabaquara en à peu près 40 minutes, ou bien en 20 minutes de bateau depuis la plage de Perequê. Plus d’infos sur le site d’Ilhabela.

Où dormir à Ilhabela ?

Casa dos Oliveiras

Une charmante maison transformée en auberge, située à environ 1,6 km du débarcadère. L’un de nos meilleurs hébergements du voyage : on y avait presque trouvé une famille !
C’est la fille, Mayra, qui nous a accueillis (en français, s’il vous plaît !) dans ce petit cocon familial, où nous avons fait de très belles rencontres. Le papa s’occupe de l’ambiance : on a passé de chouettes soirées à discuter avec lui et les autres convives. La maman prépare le petit déjeuner pour tout le monde, et c’est un vrai festin. Bref, on s’est sentis chouchoutés et cette ambiance familiale nous a vraiment fait du bien après plus de deux mois de voyage loin de nos familles.

En réservant via ce lien, vous nous permettez de toucher une commission, sans que le prix de votre réservation n’augmente.

Où manger à Ilhabela ?

Bar Kalango

Pour y déguster une moqueca de poisson délicieuse ! Cette spécialité brésilienne, d’origine africaine, consiste en un plat de poisson, servi dans une grande marmite en fonte, accompagné d’un plat de riz et d’un autre de crevettes dans une sauce tomate. C’est une tuerie ! On en a eu pour 80 reals le repas pour deux.

moqueca de peixe

Notre savoureuse moqueca de peixe

Hamburgeria da Ilha

De bons burgers pas chers (mais un peu petits pour Cédric), à 42 reals pour deux. Le restaurant se situe dans le secteur de Villa.

Comment se rendre à Ilhabela depuis São Paulo ?

  1. Prendre un bus de la compagnie Lotorânea pour São Sebastiao, ville de départ du ferry pour Ilhabela. Le billet de bus coûte 65 reals par personne, et le trajet dure 3h30 environ. Les bus sont confortables.
  2. Une fois arrivé à São Sebastiao, prendre le ferry vers Ilhabela. La traversée est gratuite pour les piétons

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.