Que faire à Phuket ? Visiter Phuket Town et ses alentours

Le
Date du séjour : Du 23 au 25 janvier 2018

Le jour J est enfin arrivé : nous changeons de continent ; bye-bye l’Australie et bonjour la Thaïlande ! Notre aventure asiatique commence dans la Province de Phuket. L’île de Phuket est reconnue pour ses sublimes plages et sa vie nocturne. Nous avons décidé de poser nos sacs à dos à Phuket Town, une ville calme, authentique et moins touristique que Patong, qui est essentiellement connue pour ses soirées festives. La capitale de l’île est l’endroit idéal pour visiter Phuket et ses alentours.
Une toute nouvelle culture et des saveurs inconnues nous attendent… Après quelques mois en Océanie où nous baignions dans une culture plutôt similaire à la nôtre, cette nouvelle plongée dans l’inconnu nous excite fortement ! Il va nous falloir quelques jours pour prendre la température de ce nouveau pays, et s’initier aux coutumes et comportements à adopter.

Arrivée à Phuket Town

Après un vol avec une escale de 6h à Kuala Lumpur, nous posons pour la première fois le pied en Thaïlande. Finie l’organisation australienne, c’est déjà une bataille pour retrouver le bus qui nous amènera au centre-ville de Phuket Town. Nous entendons plusieurs sons de cloche des locaux, mais trouvons enfin le bus devant le terminal des arrivées domestiques.
Pas d’horaires définis : on attend que le bus se remplit avant de partir ! Pour 100 baths par personne, le bus nous dépose au centre-ville. Nous profitons du trajet pour observer ce joyeux chaos sur la route : quelle joie de retrouver un peu de bazar et de folie ! La végétation et la chaleur tropicale sont à nouveau là : l’aventure recommence !

Visite de la vielle-ville de Phuket Town

Pendant les deux premiers jours sur place, nous prenons le temps de nous reposer et de nous acclimater à ce nouveau pays. Nous partons tout doucement visiter Phuket Town.

La statue de Hai Leng Ong

Nous commençons du côté de Thalang Road et tombons sur une jolie statue de dragon doré. Elle représente Hai Leng Ong, le dragon de mer protecteur de Phuket. Juste à côté se trouve un petit parc où les habitants se retrouvent parfois pour faire du yoga.

Statue de Hai Leng Ong, le dragon de mer protecteur de Phuket
Hai Leng Ong : le dragon de mer protecteur de Phuket

Les bâtiments colorés d’architecture sino-portugaise

Nous poursuivons notre visite de Phuket Town et observons de jolis bâtiments colorés sur Thalang Road et Soi Rommanee.
On retrouve des influences portugaises dans les couleurs vives des maisons, mais aussi certaines caractéristiques d’architecture chinoise, Phuket ayant connu une énorme vague d’immigration chinoise au début du XIXème siècle.

Phuket Town et ses maisons colorées d'architecture sino-portugaise
Phuket Town et ses maisons colorées d’influence sino-portugaise

Le street art de Phuket Town

C’est en arpentant la vielle-ville de Phuket Town que nous tombons sur plusieurs fresques. Nous vous conseillons de vous amuser à arpenter les ruelles de la ville pour découvrir ces jolies œuvres d’art.

Street art à Phuket Town
Un des nombreux exemples de street art qu’on peut trouver à Phuket Town. Pour notre part, nous adorons ce style !

Le sanctuaire chinois Shrine of the Serene Light 

Nous arrivons devant un sanctuaire chinois enfoui au cœur de la vieille ville, le « Shrine of the serene light » ou en français le « Sanctuaire de la lumière sereine ». Une grande arche colorée accueille les visiteurs. Impossible de ne pas reconnaître ici l’influence chinoise ! Ce petit sanctuaire ne manque pas de charme.

La sublime arche colorée du sanctuaire de la lumière sereine
La sublime arche colorée du sanctuaire de la lumière sereine
Le sanctuaire chinois «Shrine of the serene light» coincé entre deux bâtiments
Le sanctuaire chinois «Shrine of the serene light» coincé entre deux bâtiments

Dégustation de spécialités thaïlandaises au Phuket Indy Market

Après deux jours d’acclimatation, et de visite de la ville entrecoupée de découvertes culinaires, nous partons découvrir le Phuket Indy Market, l’un des Night Markets de Phuket.
Les Night Markets regroupent de nombreux stands de rue. C’est l’endroit incontournable pour découvrir la street food thaïlandaise. Fishcakes, pad thaïs, brochettes, bières, smoothies à la coco, cocktails alcoolisés, fruits en massepin, gâteaux, salades, fruits, grillades d’œufs et autres plats thaïlandais en tout genre … Le plus dur est de choisir !

Cédric au Phuket Indy Market
Le Phuket Indy Market, l’endroit préféré de Cédric de toute l’île
Emilie au Phuket Indy Market
Pour les végétariens ou végétariennes, la Thaïlande c’est le paradis !


Nous devenons comme des fous et craquons pour un smoothie à la coco, des fish cakes, un pad thaï aux crevettes, une brochette à la saucisse épicée puis finissons avec quelques quartiers de mangue. Les portions sont assez petites et très peu chères (compter 40 baths par exemple pour les fish cakes), ce qui permet de goûter à plein de choses !

Brochette du Phuket Indy Market
Rien que pour sa street food, le voyage en Thaïlande vaut le coup

C’est également l’occasion pour nous de faire un peu de shopping. Après 5 mois de voyage, nos vêtements ne sont plus ce qu’ils étaient … Certains se sont étirés, d’autres sont troués. Nous nous achetons chacun un T-shirt et un petit short pour Emilie. A 100 ou 150 baths la pièce, ça vaut vraiment le coup !

Excursion à la plage de Nai Harn

Scooter or not scooter ?

Le lendemain, nous décidons de partir enfin visiter les alentours de Phuket Town. Nous prenons notre courage à deux mains et partons dans une agence de location de véhicules pour louer un scooter. Alors que nous lui annonçons que nous n’avons jamais roulé à scooter avant, l’employé nous déconseille fortement de s’y essayer pour une première fois à Phuket. L’agence déplore des accidents de touristes tous les jours, qui reviennent avec le fameux « thai tatoo » (comprenez de belles blessures et écorchures). N’étant déjà pas très chauds au départ, nous abandonnons cette idée et remercions l’employé pour ses conseils francs.

Ce n’est pas grave, en Thaïlande, il n’y a pas forcément besoin d’avoir un véhicule pour se déplacer où l’on veut ! Les songthaews (espèces de camionnettes aménagées pour transporter une dizaine de personnes) et tuk-tuks sont partout dans les rues. Nous partons alors vers le centre pour trouver un songthaew qui nous amène à la plage de Nai Harn.
Première proposition à 100 baths, deuxième à 40 baths par personne (le vrai prix). Nous embarquons dans le songthaew de ce gentil petit pépé qui ne nous a pas pris pour des pigeons. Le songthaew se remplit et nous arrivons une heure plus tard à la plage.

Baignade, crème solaire et noix de coco à la plage de Nai Harn

Armés chacun d’une noix de coco, nous la sirotons sur le sable fin en profitant du cadre. Malheureusement, les parasols et le nombre important de touristes dénature un peu le paysage.

La plage de Nai Harn victime de son succès
La plage de Nai Harn victime de son succès
Emilie déguste sa noix de coco sur la plage
Emilie déguste sa noix de coco sur la plage

Après une petite baignade, nous comblons notre petite faim à un restaurant un peu en retrait de la plage. Nous passons le reste de l’après-midi à nous dorer la pilule et à nous baigner puis décidons de rentrer vers 16h.

1 seconde avant la noyade
1 seconde avant la noyade
Cédric se noie sous une vague
Glou glou !

Retour à Phuket Town : comment nous nous sommes fait avoir pour la première fois

Arrivés à l’arrêt de songthaew, des chauffeurs de tuk-tuk nous annoncent que le dernier bus est parti, et que nous pouvons espérer rentrer pour pas moins de 700 baths, ou alors attendre que d’autres personnes prennent le même tuk-tuk que nous. Vous le voyez venir ? C’était la première fois que nous nous faisions avoir

Après nous avoir fait mariner 15 minutes, un chauffeur de tuk-tuk nous propose finalement le trajet pour 300 baths. Nous arrivons à faire descendre le prix à 200 baths pour 2 avec un départ immédiat (pour rappel, le matin nous avions eu notre trajet à 80 baths pour 2). Pendant le trajet, d’autres personnes nous rejoignent, dont Elise – une nantaise – et un couple de chinois. Ils réussiront à négocier le trajet à 50 baths, le VRAI prix. Nous réalisons alors que nous nous sommes fait avoir. Bon, pour des débutants, nous aurions clairement pu faire pire !
Le chinois présent dans notre tuk-tuk nous indique un numéro à appeler dans les cas où les prix indiqués sont visiblement gonflés : le 1155. Il s’agit en fait de la police touristique. Malheureusement, nous n’avons pas de carte SIM locale mais c’est un bon conseil !

Phuket Indy Market : épisode 2

Ce soir-là, nous retournons au Phuket Indy Market, sorte de paradis culinaire pour nous. Cette fois-ci, nous optons pour des sushis et des brochettes, suivis de raviolis au porc, de petits gâteaux à la coco et d’un yaourt à la fraise. Miam !

Emilie de retour au Phuket Indy Market
Nous n’avons pas pu nous empêcher d’y retourner !
Le Phuket Indy Market sous la pluie
Des litres d’eaux tombent en trombe sur le night market

Une fois le repas fini, la pluie se met à tomber. Les locaux se lèvent rapidement, nous les imitons pour aller nous mettre rapidement à l’abri. C’est un véritable déluge qui s’abat sous nos yeux. Dix minutes plus tard, alors que des seaux d’eau s’écoulent devant nous, Cédric remarque avoir oublié son sac (avec bien entendu son portefeuille à l’intérieur) sur la place où nous dînions… Il part le récupérer sous le déluge. Heureusement, un thaï avait aperçu son sac et l’avait mis à l’abri pendant le déluge, n’attendant plus que Cédric pour lui rendre. Nous en avions entendu parler mais nous le constatons pour la première fois : les thaïs sont vraiment d’une extrême bienveillance !

Nos premiers jours en Thaïlande nous ont permis de retrouver le goût de l’aventure, et ont été riches en nouvelles saveurs. Au bout de seulement 3 jours de visite à Phuket, une certitude s’impose à nous : ce passage en Thaïlande va fortement nous plaire ! Prochaine étape : Krabi

Les autres choses à voir à Phuket

Aller admirer la statue du grand Bouddha

Une statue de Bouddha de 25 mètres de haut toute en marbre surplombe Phuket du haut de Nakkerd Hill. Depuis là-haut, on bénéficie également d’un superbe panorama à 360°.
Attention : c’est un lieu sacré, pensez donc bien à apporter de quoi vous couvrir épaules et genoux. Pour plus d’informations, vous pouvez lire notre article sur les choses à faire et ne pas faire en Thaïlande.

Visiter le temple Wat Chalong

Le temple Wat Chalong, de son véritable nom Wat Chaitararam, est le plus grand temple Bouddhiste de Phuket. C’est également le plus fréquenté de l’île. Le Wat Chalong a été construit au XIXème siècle et comprend plusieurs bâtiments. Le bâtiment le plus récent est un Chedi de 60 mètres de haut abritant une relique de Bouddha.

Se prélasser sur les autres plages de Phuket : Freedom Beach, Karon Beach et Kata Beach

Les plages sont l’attrait principal de Phuket. Pour ceux qui aiment se prélasser sur le sable chaud ou encore faire du snorkelling, les plus belles plages (outre Nai Harn Beach) sont : Freedom Beach et Karon Beach (sur la côte ouest), ainsi que Kata Beach (sur la côte sud-ouest).

Où dormir à Phuket ?

Nous avons testé plusieurs établissements à Phuket, mais sans rien réserver. Il n’est généralement pas nécessaire de réserver en Thaïlande et vous profiterez de meilleurs prix en négociant directement avec le gérant de l’hôtel ou de la guesthouse. A titre d’information, on peut habituellement trouver des chambres doubles à partir de 400 baths la nuit.

12 month hostel

A notre arrivée à Phuket, nous y avons pris une petite chambre avec lit + canapé, pour 498 baths la nuit. Petit hic : la porte ne fermait pas complètement et l’insonorisation était quasi-nulle. En plus de cela, l’auberge n’est pas évidente à trouver. Il y a certainement de meilleures adresses à Phuket Town 😉

AMA hostel Phuket

Nous y avons pris une chambre qui fermait vraiment cette fois-ci. L’hôtel dispose de 3 douches et WC communs. La nuit nous est revenue à 450 baths.

Les spécialités culinaires thaïlandaises

A peine arrivés dans le pays, c’est avec une grande curiosité que nous avons goûté à différentes spécialités thaïlandaises. Voici ce que nous avons pu tester pendant nos premiers jours sur place :

Le pad thaï

Impossible de venir en Thaïlande sans manger un pad thaï ! C’est le plat populaire par excellence, qu’on trouve partout, et pour lequel il existe de nombreuses variations. A base de nouilles de riz, il est agrémenté de légumes, d’épices et d’une sauce qui lui donne tout son goût. Il est éventuellement servi avec du tofu, de la viande ou des fruits de mer. Réalisé en quelques minutes sous vos yeux dans les stands de rue, c’est toujours un délice !

Le riz frit

Le « fried rice » se cuisine à toutes les sauces en Thaïlande et ne manque pas de goût. Aux crevettes, au porc, aux légumes, les déclinaisons sont infinies !

Les fish cakes

Il s’agit de beignets de poisson parfumés au curry, plus ou moins épicés selon les échoppes. Ca se mange sans faim, comme bon nombre de plats de street food thaïlandaises.

Les brochettes

Les thaïlandais rivalisent d’inventivité pour ce qui est des brochettes : à la saucisse, à la viande, aux œufs … Il y en a toute une panoplie ! On en trouve énormément dans les stands de rue et c’est toujours très peu cher (à partir de 5 baths la brochette) : de quoi se faire plaisir en goutant plein de saveurs différentes !

Le roti

D’origine indienne et malaisienne, le roti est une sorte de crêpe sucrée qu’on trouve un peu partout en Thaïlande. Il peut être agrémenté de banane, de chocolat ou encore de lait concentré sucré. Cédric est très friand de ce plat incontournable de la street food thaïlandaise !

Le mango sticky rice

Composé de mangue, de riz gluant et d’une petite sauce au lait de coco, ce plat typiquement thaï est un pur délice ! Il se consomme aussi bien au petit déjeuner qu’au dessert. C’est tellement bon que c’en est devenu le dessert favori d’Emilie !

La noix de coco

La noix de coco est très répandue en Thaïlande, on en trouve d’ailleurs beaucoup dans la nourriture, sous forme de lait de coco notamment, mais de nombreux vendeurs de rue la vendent entière. Elle est alors percée d’un trou, pour y boire directement l’eau de coco. Une paille en plastique est généralement fournie avec ; si vous avez une paille en inox, ça peut être une bonne idée de la mettre dans votre sac à dos, ça évitera pas mal de déchets 😉

Les « fruit shakes »

Les fruits exotiques sont très savoureux en Thaïlande (mamamia, le goût des ananas !) et vous trouverez à tous les coins de rue des vendeurs de fruit shakes : des granités à base de fruits.
Au début nous nous demandions s’il était bien sûr de consommer ce genre de boisson, car elle contient une quantité non négligeable de glace (et donc d’eau), mais tous les vendeurs font très attention à la glace, qui ne provient pas d’eau du robinet, vous pouvez donc y aller sans crainte : la tourista ne viendra pas de votre fruit shake 😉 C’est une excellente façon de se désaltérer en gagnant quelques vitamines !
Là aussi, si vous avez votre propre mug réutilisable, vous éviterez énormément de déchets plastiques.

La bière Chang

La bière N°1 en Thaïlande. Fraîche et légère (env. 5% d’alcool), elle est idéalement conçue pour le climat de la Thaïlande. Son nom signifie « éléphant », c’est pourquoi on en retrouve deux sur l’étiquette.
En Thaïlande, on trouve aussi les marques Leo ou Tsinga, mais la Chang reste notre bière favorite !
A consommer avec modération bien sûr !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.