Puerto Madryn et la péninsule Valdés : à la rencontre de la vie sauvage !

Le
Date du séjour : Du 10 au 13 octobre 2017

Après Buenos Aires, nous partons à la rencontre de la vie sauvage sur la péninsule Valdés. Ce sanctuaire naturel est inscrit au Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco depuis 1999 et permet d’observer de nombreux animaux dans leur habitat naturel. Outre les guanacos, les tatous et les maras (lièvres de Patagonie), on peut aussi y voir de nombreuses baleines franches australes, des manchots de Magellan et des lions de mer ! Une étape de notre tour du monde riche en émotions, d’autant plus que nous y avons fait de belles rencontres humaines.

Puerto Madryn : point de départ pour notre excursion sur la péninsule Valdés

Les distances en Argentine sont grandes, et nous allons vite le comprendre ! C’est un trajet en bus de 20 heures qui nous attend pour rejoindre Puerto Madryn, point de départ pour la péninsule Valdés.
Cette ville, située à environ 70 km de la péninsule est un point de chute idéal pour organiser une excursion sur la péninsule Valdés. Elle dispose de nombreux hébergements à tarifs abordables, et on y trouve plusieurs agences qui organisent des excursions, tout comme des agences de location de voiture.

C’est avec Edith, rencontrée à Buenos Aires, que nous prenons le bus. Une autre française très sympathique est à bord : Lucie. Le hasard fait que nous ayons tous les quatre réservé un lit dans la même auberge de jeunesse à Puerto Madryn, la Tosca ! Nous nous retrouvons dans le même dortoir.

Nous essayons ensemble de déterminer quelle est la meilleure solution pour partir à la découverte de la péninsule Valdés. Premier constat : les excursions organisées par les agences coûtent extrêmement cher (ne vous attendez pas à trouver quelque chose pour moins de 150€ / personne !). Formant un groupe de 4, nous réalisons rapidement que la location d’une voiture sera la meilleure solution pour visiter la péninsule Valdés à moindre coût, d’autant plus que nous y gagnons en liberté et en flexibilité. Seul hic : la conduite en Argentine n’est pas la même que chez nous et il va falloir s’y faire. Petit exemple : les feux de circulation se situent après le croisement, il y a des priorités à droite partout …

C’est le moment de trouver une voiture à louer ! Nous ne sommes visiblement pas les seuls à avoir choisi cette solution car plusieurs agences ne disposent plus de véhicule … Nous trouvons finalement une agence qui nous propose la location d’une voiture à 2400 pesos (à l’époque l’équivalent de 120€) par jour. Pour ce prix, nous disposons d’une Chevrolet Classic LS, avec un kilométrage illimité. Nous réservons la voiture pour deux jours.

Après avoir admiré un magnifique coucher de soleil, nous partons acheter de quoi se faire un repas à la française ! Lucie partage avec nous un bon fromage français bien de chez nous rapporté par sa tante quelques jours plus tôt (le graal en voyage !). Nous partageons un repas mémorable, à base de fromage, vin, pain et salade de chou. Que demander de plus ?

Vue depuis le port de Puerto Madryn

Vue depuis le port de Puerto Madryn

Première journée de visite de la péninsule Valdés : une rencontre inoubliable avec les baleines !

Ce matin, petite galère : les distributeurs automatiques à Puerto Madryn sont vides et il nous faut faire plusieurs banques avant de pouvoir retirer l’argent pour louer la voiture !
Après avoir payé la location de voiture, l’agence nous propose de réserver pour nous une sortie en bateau pour observer les baleines, au prix de 1260 pesos par personne.
Nous récupérons notre « véhicule de luxe », enfin c’est un grand mot … La voiture a pas mal d’impacts, le rétroviseur extérieur tombe, l’autoradio ne fonctionne pas, et la poussière s’infiltre partout dans la voiture. Pour ce prix-là quand même … ça fait beaucoup !

La plage d’El Doradillo, un premier aperçu émouvant des baleines

Sur la route vers la péninsule, nous passons par la plage d’El Doradillo, via une petite route de terre. Depuis là-bas, il est possible d’admirer les baleines. Coup de chance : nous apercevons à plusieurs endroits des « souffles » de baleine. En observant mieux, on aperçoit un grand nombre de baleines ! Nous sommes déjà saisis par l’émotion : qu’est-ce-que ça va donner une fois qu’on les apercevra de plus près ?

Arrivée à la plage d'El Doradillo

Arrivée à la plage d’El Doradillo

La plage d'El Doradillo

La plage d’El Doradillo

Nous reprenons la route, jusqu’à l’entrée du parc.
Nous payons notre droit d’entrée : 415 pesos par personne + 30 pesos pour la voiture.
Direction Puerto Pirámides, la seule ville de la péninsule. Sur la route, nous apercevons énormément de guanacos et même quelques zorros (renards gris d’Argentine).

Guanacos sur la péninsule Valdés

Guanacos sur la péninsule Valdés

Puerto Pirámides : notre rendez-vous avec les lions de mer et les baleines

Juste avant Puerto Pirámides, nous passons par la « loberia », une grande colonie de lions de mer (lobo de mar en espagnol). Nous les sentons (oui, ça pue !) et les entendons, avant de finalement les voir. Une centaine de lions de mer se dorent la pilule sous nos yeux. Emerveillés, nous profitons du spectacle pendant une bonne demi-heure. Les lions de mer se créent leur propre passage pour accéder à l’océan, en grimpant simplement sur leurs congénères. Certains poussent leurs semblables dans l’eau et d’autres encore sont tellement affalés qu’on dirait qu’ils sont dans le coma … C’est plutôt amusant à regarder.

Lions de mer à la Loberia

Lions de mer à la Loberia

Lions de mer se prélassant à la Loberia

Lions de mer se prélassant à la Loberia

Le "bisou" de deux lions de mer

Le “bisou” de ces deux lions de mer nous a fait craquer !

A 15h30, nous partons vers Puerto Pirámides. Nous nous préparons à embarquer dans un bateau pour aller voir les baleines de près. Le gilet de sauvetage est de mise !

La "french family" prête à aller voir les baleines !

La “french family” prête à aller voir les baleines !

C’est carrément un tracteur aux roues énormes qui vient chercher notre embarcation et nous lâche une fois dans l’océan. C’est parti pour 1h30 mémorable !

En moins de 5 minutes, nous apercevons déjà une maman baleine avec son bébé, presque entièrement blanc. C’est une chose très rare !
Nous avions peur que le bateau perturbe les baleines mais tout est fait dans les règles de l’art. Dès que nous nous approchons des baleines, le bateau ralentit, puis coupe le moteur, les laissant nous approcher à leur guise. Et nous avons beaucoup de chance : elles sont très curieuses. Elles passent d’un côté à l’autre du bateau, tout en grâce. Nous sommes ébahis. Les baleines s’approchent vraiment très près, on pourrait presque les toucher…


Vidéo des baleines lors de notre sortie en mer

 

Le bateau repart plus loin. Nous voyons plein d’autres baleines (tellement que nous ne saurions les compter), la plupart étant en groupe. Certaines vont jouer devant nous en se tournant sur elles-mêmes. Le show est assuré !

Excursion en mer à la rencontre des baleines

Excursion en mer à la rencontre des baleines

Une baleine passe tout près de notre bateau

Une baleine passe tout près de notre bateau

Petit groupe de baleines près de la péninsule Valdés

Petit groupe de baleines près de la péninsule Valdés

Nous parvenons même à voir des dauphins, chose à laquelle nous ne nous attendions pas.
Cette sortie en mer à la rencontre des baleines franches australes nous a marqué et valait vraiment le coup. Nous vous la conseillons fortement !

Il se fait tard … Nous décidons de retourner voir les lions de mer à la loberia avant de rentrer. Nous passons encore trois bons quarts d’heure en leur compagnie, puis décidons de reprendre la route car le parc ferme théoriquement à 20h et que nous en avons au moins pour une heure de trajet avant la sortie du parc.

Comment nous avons failli dormir dehors …

Arrivés à la voiture, Emilie essaie d’ouvrir le coffre, légèrement grippé. Elle force un peu et … la clé se casse. Elle rattrape tous les morceaux. Après avoir réassemblé le tout, nous essayons de démarrer la voiture, mais le moteur ne démarre pas. Petit coup de panique … Nous pensons à un problème du moteur, car après tout, la voiture n’est plus de toute première fraîcheur !
Les gardes-parc qui sont à côté accourent spontanément pour nous aider. Ils ouvrent le capot, jettent un coup d’œil mais ne voient rien d’anormal. Ils appellent pour nous l’agence de location et leur expliquent que nous avons une panne avec la voiture et que nous sommes coincés sur la péninsule. L’employée de l’agence ne nous croit pas et demande que l’on essaie de démarrer afin qu’elle écoute le bruit au téléphone… Finalement, elle raccroche sans nous donner de solution. Cela nous laisse sans voix.
Plusieurs minutes plus tard, nous essayons d’assembler la clé à nouveau … et remarquons que nous avons oublié une toute petite puce. Nous remettons tout à sa place, maintenons le tout et tentons un démarrage. Et là … Miracle, ça fonctionne ! Il s’agissait donc d’un système anti-vol (enfin ça c’est ce que des noobs comme nous avons déduit ;-)). Ouf ! Nous sommes rassurés de ne pas avoir à dormir dehors cette nuit sur cette péninsule si sauvage ! Nous reprenons la route en toute hâte et sortons à temps du parc (à 19h45 !).

La French family ... et sa voiture capricieuse !

La French family … et sa voiture capricieuse !

De retour à Puerto Madryn, nous décidons de célébrer cette magnifique journée en allant dîner au Chona. Nous passons une excellente soirée tous ensemble et rentrons à l’auberge. Nous rafistolons la clé de voiture avec plusieurs tours de scotch. C’est pas tout, mais on en a encore besoin le lendemain …

Une virée à Punta Tumbo qui se termine sur la Péninsule Valdés

Aujourd’hui, nous voulons partir à la rencontre des manchots de Magellan ! Nous avons prévu de nous rendre à Punta Tombo, un spot d’observation réputé, mais tout ne va pas se passer comme prévu …

Au réveil, Edith souffre affreusement d’une inflammation au pied. Elle part en consultation dans une clinique. Nous en profitons pour discuter avec Francisco, un garde-parc de la péninsule Valdés, qui dort dans le même dortoir que nous. Il nous explique qu’il ne comprend pas pourquoi nous allons jusqu’à Punta Tombo (à 3h de route) alors qu’en retournant sur la péninsule, à Caleta Valdés, nous pourrions voir des manchots et peut-être même des orques. Il nous assure qu’il en a vu la veille et l’avant-veille, avec comme preuve une vidéo d’attaque d’orques, tournée avec son téléphone ! Pour le coup, c’est sacrément impressionnant. Il n’en fallait pas moins pour nous convaincre.
Au retour d’Edith, nous décidons d’annuler notre excursion à Punta Tombo et de retourner sur la péninsule. Il est déjà 10h45 quand nous partons. Il ne va pas falloir traîner !

Nous repayons l’entrée du parc (aïe !) et nous arrêtons au centre d’interprétation 20 km plus loin. Là-bas, on nous dit que le meilleur moment pour voir les orques à Caleta Valdés est 14h, heure où la marée est la plus haute. Nous sommes exactement dans le timing, c’est parfait !
La route devient de plus en plus mauvaise : uniquement de la terre et des graviers, plutôt inconfortable pour rouler en vieille citadine ! Il n’est pas recommandé de rouler à plus de 60 km/h. Nous apercevons à nouveau de nombreux mammifères : des guanacos (encore eux !), un mara (lièvre de Patagonie), un zorro (renard de Patagonie), et même des vaches et des moutons (assez étonnant pour le coup !).
Après plus d’une heure et demie de route, nous arrivons à la Caleta Valdés. Nous fonçons au point d’observation des orques. En visuel : des éléphants de mer, des lions de mer … mais pas d’orque.

Tête-à-tête avec les manchots de Magellan

Après une demi-heure d’attente, nous décidons de revenir légèrement sur nos pas pour observer les manchots de Magellan. Ceux-ci viennent sur la péninsule pour se reproduire, couver leurs œufs et élever leurs bébés. Nous sommes en pleine période de couvaison.
Nous passons trois bons quarts d’heure à admirer ces mignons petits animaux, qui ont l’air bien paisibles et pas du tout dérangés par la présence humaine. Nous sommes seulement à quelques centimètres d’eux. Emilie, grande fan de manchots, est comme une dingue !

Manchot de Magellan sur la péninsule Valdés

Manchot de Magellan sur la péninsule Valdés

Des manchots de Magellan sur la péninsule Valdés

Qu’ils sont mignons ces manchots !

Manchot de Magellan baillant

Celui-ci semble bien parti pour faire la sieste …

Tentative d’observation des orques à Punta Norte

Nous revenons au point d’observation des orques, mais même après que la marée basse soit arrivée, pas d’orque en vue. C’est fini, ils ne viendront plus.
Nous partons tenter notre chance à Punta Norte, où la marée haute arrive plus tard. C’est bien pour cela qu’il faut parcourir le chemin en sens trigonométrique (à l’inverse des aiguilles d’une montre) !

Arrivés à Punta Norte, nous observons d’assez près une colonie d’éléphants de mer : un seul gros mâle est entouré de tout un harem et leurs bébés. Des moutons se baladent non loin des éléphants de mer, ce qui forme un tableau improbable.

Lions de mer à Punta Norte

Lions de mer à Punta Norte

Moutons sur la péninsule Valdés

Et les moutons … pas trop loin des lions de mer !

Nous demandons à un garde-parc sur place s’il y a eu des attaques d’orque aujourd’hui, mais ce n’est pas le cas. Malheureusement, on ne verra toujours pas les orques cette fois-ci ! Le garde-parc nous conseille de revenir plutôt en avril pour les observer (voir plus loin le graphique de la faune sur la péninsule mois par mois).

Enfin des tatous !

Sur la route du retour, nous croisons enfin un tatou ! Cédric est aux anges, cela fait 3 jours qu’il nous bassinait avec son tatou ! Drôle d’animal, le tatou nous fait un peu penser à un hérisson à carapace avec une tête de cochon (très étrange, non ?). Très peureux, le tatou part vite fait se cacher dans les herbes et les buissons. Un peu plus tard, nous en croisons encore un. Quelle chance ! Cette fois-ci, il est beaucoup moins farouche et nous pouvons le voir de très près.

Un tatou nous observant sur la péninsule Valdés

Un tatou nous observe d’un œil angoissé

Tatou sur la péninsule Valdés

Celui-ci nous a laissé l’approcher de plus près !

C’est par un magnifique coucher de soleil que notre journée de visite se termine. Nous finissons la route de nuit, avec notre voiture sur laquelle visiblement les feux de route étaient en option ! Malgré notre arrivée à la sortie du parc après 20h, les barrières sont encore ouvertes, et nous pouvons continuer notre route vers Puerto Madryn.

Coucher de soleil sur la péninsule Valdés

Magnifique coucher de soleil sur la péninsule Valdés

Le soir, à l’auberge, nous tentons de coller la clé de voiture pour la rendre le lendemain à l’agence. Nous partons nous coucher en espérant que notre bricolage fonctionne.

Départ pour El Calafate

Edith et Lucie nous quittent le matin, elles prennent un vol de Trelew à El Calafate. Nous partons un peu plus tard vers la même destination, en bus.

Au premier test de notre clé rafistolée, celle-ci se casse à nouveau, la glue n’a pas tenu. C’est une déconvenue. Nous scotchons à nouveau la clé et la rendons à l’agence de location. C’est avec un sourire mauvais que la gérante nous annonce que l’on doit payer la clé. Elle ajoute directement qu’elle a prévenu la police, l’office de tourisme et la mairie au cas où nous ne voudrions pas payer la clé. Selon nous, c’est juste le plastique qui est cassé, pas toute la clé, donc il ne serait pas nécessaire de faire refaire totalement une clé. Notre interlocutrice ne veut rien entendre. Nous abdiquons et payons la clé, au prix fort de 2000 pesos soit 100 €. Cette fois-ci, comme par magie, un terminal de paiement CB est apparu alors que deux jours plus tôt nous avions du payer la location en cash… Bon, vous l’aurez compris, on vous déconseille fortement l’agence de location Rent a car, on a vraiment eu l’impression de se faire avoir !

A 16h, nous prenons notre bus pour Rio Gallegos, étape obligatoire en bus pour se rendre à El Calafate, proche du fameux glacier Perito Moreno. Après avoir embarqué avec presque 2h de retard et avoir fait un peu de route, on nous fait changer de bus à Trelew. C’est là que nous rencontrons dans le bus … Edith et Lucie ! Elles ont vécu un véritable parcours du combattant avec pour commencer, leur avion annulé suite à une réunion de pilote. Après un trajet en taxi de l’aéroport au terminal de bus, le bus initialement prévu avait 5 heures de retard … Elles se retrouvent donc finalement dans le même bus que nous ! Vous nous croyez si on vous dit que c’était un vendredi 13 ?

Comment réussir son excursion sur la péninsule Valdés ?

Si vous êtes à plusieurs (4 ou 5 personnes idéalement), pas d’hésitation : louez une voiture pour explorer la péninsule par vous-même !
Les excursions sur la péninsule organisées par les agences coûtent facilement 150 € par personne. En plus, vous gagnez en liberté et en flexibilité : vous organisez votre itinéraire comme bon vous semble !
Attention : les véhicules sont assez demandés, il peut être utile de réserver un véhicule avant d’arriver sur place (en plus vous aurez certainement mieux que notre véhicule pourri) !
Nous sommes passés par l’agence Rent a car, que nous déconseillons ABSOLUMENT (si vous avez lu tout l’article, vous comprendrez pourquoi).

Le prix d’entrée sur la péninsule est de 415 pesos par personne + 30 pesos pour la voiture (tarifs à notre passage en 2017).
Attention : seules les espèces sont acceptées à l’entrée de la péninsule, il n’y a pas de terminal de paiement sur place. Retirez donc suffisamment à Puerto Madryn. Mais attention également, les distributeurs automatiques y sont régulièrement à sec.

Votre billet d’entrée est valable pour une journée. Si vous avez prévu de vous y rendre deux jours de suite, il pourrait être intéressant de loger à Puerto Pirámides. Mais attention, la capacité d’hébergement est limitée et les prix plus élevés, mieux vaut prévoir cela en avance.

Nous vous conseillons de faire un arrêt au centre d’interprétation, situé 20 km après l’entrée sur la péninsule. Vous trouverez là des informations générales sur la faune et la flore de la péninsule, mais aussi des plans vous permettant d’organiser au mieux vos trajets. En effet, le temps de trajet entre les différents points d’observation est plutôt long, les routes étant en terre et gravier, ce qui limite la vitesse maximale de conduite à 60 km/h. Il est difficile de tout voir en une journée, il vous faudra donc faire des choix. Les employés sur place pourront également vous renseigner sur les heures des marées et vous indiquer les animaux que vous êtes susceptibles d’observer.

Veillez à garder assez de carburant pour votre trajet ! Vous trouverez des stations essence à Puerto Madryn, et il y en a une à Puerto Piramides, mais rien d’autre sur toute la péninsule. Soyez prévoyants si vous ne voulez pas dormir dans le parc 😉

Le parc ferme à 20h donc prévoyez assez de temps pour rentrer. Bon, en pratique, on est arrivés après 20h et les barrières étaient heureusement encore ouvertes 🙂

La faune de la péninsule selon les saisons

On peut voir énormément d’animaux sur la péninsule Valdés. Mais tous ne sont pas là au même moment. Vous pouvez voir sur ce graphique quelle est la meilleure saison pour observer chacun d’entre eux.

La faune mois par mois sur la péninsule Valdès

La faune mois par mois sur la péninsule Valdès – © Argentina Excepcion

Où dormir à Puerto Madryn ?

La Tosca

Située à seulement 10 minutes à pied du terminal de bus, cette auberge de jeunesse est vraiment confortable et le personnel accueillant. On nous a même offert le petit déjeuner à notre arrivée.
Nous avons passé 3 nuits en dortoir de 8 pour 1460 pesos pour deux (soit environ 240 pesos par personne la nuit).

En réservant via ce lien, vous nous permettez de toucher une commission, sans que le prix de votre réservation n’augmente.

Où manger à Puerto Madryn ?

La Chona

Ce n’est pas vraiment le genre de restaurant qu’on a habituellement fait en tour du monde : celui-ci est carrément chic ! Les prix sont plus élevés mais la nourriture est excellente. Il y a plein de choix sans viande. Nous nous sommes régalés avec des currys de langoustine, un bife de chorizo et une brochette de viande. Le tout accompagné d’un vin argentin, bien sûr !
Compter 670 pesos pour 2.

Comment se rendre à Puerto Madryn depuis Buenos Aires ?

Des bus pour Puerto Madryn partent depuis le terminal de bus de Retiro. Le trajet dure environ 20h (et oui, les distances sont très longues en Argentine !). Par contre, vous aurez droit à un bus tout confort à deux étages, avec des sièges inclinables, un service à bord et normalement un repas chaud compris (dans un restaurant sur une aire d’autoroute).
Nous avons eu un bus partant de Buenos Aires à 13h, pour une arrivée à Puerto Madryn à 9h, au prix de 3750 pesos les deux billets.

Bus tout confort en Argentine

Bus tout confort en Argentine

Les avencurieux dans un bus en Argentine

Les avencurieux dans un bus en Argentine

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.